Culture et « périsco » : compatible ?

Culture et « périsco » : compatible ?

2 commentaires

  • Cathy Falquet Le 6 mars 2018 à 23 h 55 min

    Bonjour Marie

    J’ai lu votre récit d’expérience avec attention et empathie, pour ne pas dire angoisse. J’ai connu les mêmes déboires avec des enfants de primaires et avec…. des BTS. J’ai abandonné. Il arrive un moment où il faut avouer, moi en tout cas, que l’on est indécrottablement naïf, rêveur et utopiste. Je suis ravie de voir que vous osez en parler, moi je n’ose pas, enfin je commence, prenant le camouflet comme une incompétence de ma part. Or, il se fait jour dans ma tête qu’il ne s’agit que d’un décalage entre mes ambitions et les leurs. Je vous embrasse.

  • admin Le 7 mars 2018 à 9 h 37 min

    Bonjour Cathy,

    Merci pour ce partage. Moi aussi, au début, j’ai été mortifiée par ce que je pensais être mon évidente incompétence. Et puis j’ai discuté avec des animateurs, des enseignants, des parents… Tous les témoignages, ou presque, semblaient concorder. J’en suis venue à la conclusion que je n’étais pas à ma place dans cet univers périscolaire aux contours mal définis. Et finalement, comme le laissait pressentir cet article, j’ai abandonné les TAP en fin d’année… Avec le seul regret de ne pas avoir pu mener à bien ce projet qui me tenait à coeur. Plus tard, peut-être, sous une autre forme, dans un autre contexte…
    Je vous embrasse à mon tour,
    A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera ni publiée ni utilisée à des fins commerciales.